Les Églises Chrétiennes de Dieu

[050]

 

 

 

La Signification des Noces de Cana en Galilée [050]

 

(Edition 1.0 20030411-20030411)

 

Dans le synopsis de Jean, nous avons la seule mention du signe de l'eau changée en vin lors des noces à Cana en Galilée. Nous verrons qu'il n'y a pas une, mais deux alliances qui sont décrites dans ce compte rendu. La seconde est l'alliance dans laquelle Abraham et sa postérité sont entrés pour suivre et obéir au Seul Vrai Dieu.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright ©2003 Peter Donis, Ed. Wade Cox)

(Tr. 2010, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

 

      

La Signification des Noces de Cana en Galilée [050]

 

 

Le récit des noces (dans Jean) a le symbolisme de l’appel de la nation physique d'Israël, le sacrifice du Messie, et fait ressortir le fait des personnes qui composeraient le corps de l'Église.

 

Le récit des noces est en corrélation avec la rédemption de l'humanité. Il montre que Christ est déterminant pour le plan du salut. Les noces représentent l'alliance de Dieu en cours. Nous voyons comment elle se poursuit et est donnée à l'Église, les serviteurs du Dieu Très-Haut. La pénurie de vin dans le récit fait allusion aux sacrifices d'animaux prenant fin, et le vin nouveau représente la nouvelle alliance à laquelle l'Église prend part.

 

L'histoire commence dans Jean 2:1.

 

Jean 2:1-10 1 Trois jours après, il y eut des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là, 2 et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples. 3 Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont plus de vin. 4 Jésus lui répondit : Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n'est pas encore venue. 5 Sa mère dit aux serviteurs : Faites ce qu’il vous dira. 6 Or, il y avait là six vases de pierre, destinés aux purifications des Juifs, et contenant chacun deux ou trois mesures. 7 Jésus leur dit : Remplissez d’eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu’au bord. 8 Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l'ordonnateur du repas. Et ils en portèrent. 9 Quand l'ordonnateur du repas eut goûté l'eau changée en vin, – ne sachant d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l'eau, le savaient bien, – il appela l'époux, 10 et lui dit : Tout homme sert d’abord le bon vin, puis le moins bon après qu’on s’est enivré ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à présent. (LSG)

 

Nous allons examiner chaque verset de manière indépendante, dans un format de commentaire, à commencer par le verset un de Jean chapitre 2.

 

Jean 2:1 1 Et le troisième jour, il y eut des noces à Cana de Galilée,

 

Il existe de nombreux exemples dans la Bible qui se rapportent à des événements survenant le troisième jour. Le plus remarquable est la résurrection de Christ à la vie le troisième jour. Nous sommes en mesure d’extraire un thème de la délivrance, du salut ou de la vie, associé au troisième jour.

 

Le rassemblement pour ces noces a eu lieu le troisième jour. Les mariages dans les temps anciens duraient souvent plusieurs jours et nous voyons ici un symbolisme souvent utilisé dans le cycle de sept ans, où beaucoup de choses sont introduites dans la troisième année du cycle sacré. Il y a des connotations similaires avec l'ancien Israël qui était rassemblé et est arrivé au désert de Sinaï, dans le troisième mois après avoir quitté l'Égypte pour entrer dans une alliance avec Dieu (Exode 19:1). Les événements dans Exode chapitre 19  sont comparables aux noces auxquelles Christ et ses disciples ont assisté. Les membres de la congrégation devaient laver leurs vêtements, qui est lié à l’habit de noces et à la robe blanche qu’on reçoit pour avoir surmonté ce monde (Apoc. 6:11; 3:5) revêtus dans l'humilité (1Pierre 5:5).

 

Les membres de la congrégation ont été invités à être prêts pour le troisième jour (Exode 19:11,15). Car c'est ce jour-là que Dieu, par l’intermédiaire de son Ange, qui était Christ, est venu aux yeux de tout le peuple (Exode 19: 11) pour entrer dans une alliance.

 

Exode 19:10 Et l'Eternel dit à Moïse : Va vers le peuple ; sanctifie-les aujourd'hui et demain, qu'ils lavent leurs vêtements. 11 Qu’ils soient prêts pour le troisième jour ; car le troisième jour l’Eternel descendra, aux yeux de tout le peuple, sur la montagne de Sinaï.

 

De même, Christ, accompagné de ses disciples, est venu aux noces, où une alliance entre une fiancée (l'équivalent de l'Église) et le marié (comparable à Christ) devait avoir lieu. Christ devait se révéler à travers son premier signe aux serviteurs, représentant ceux qui sont appelés.

 

Nous pouvons également supposer que le troisième jour mentionné a des liens symboliques avec l'histoire de Josué 9:1-27. Dans ce récit, les habitants de Gabaon, connus sous le nom de Hittites, comprirent que le Seigneur Dieu était avec Josué. Ils savaient qu’à moins qu’ils ne se livrent entre les mains de Josué, ils ne vivraient pas. Leurs provisions de vieilles outres déchirées et recousues représentaient leur état spirituel comme ils approchaient du corps d'Israël sous Josué.

 

Le troisième jour, Josué atteignit leurs villes. Nous voyons un thème se développer. Josué, fils de Nun (ce qui signifie : Le salut vient par le biais de l’endurance) peut être vu pour mettre Christ en parallèle (voir l'étude Josué, le Messie, le Fils de Dieu (No. 134)). Ceux qui étaient païens ont eu la possibilité de se greffer au corps d'Israël. Josué leur demanda : Qui êtes-vous et d’où venez-vous ? Les Hittites agirent frauduleusement. Ils se sont approchés de Josué, et quoiqu’ils étaient voisins, ont déclaré : Nous sommes tes serviteurs, venus d'un pays très loin. Cela reflète leur état spirituel.

 

Ces événements se rattachent à Jésus ayant reçu deux disciples de plus, Philippe et Nathanaël (Jean 1:43, 47), le troisième jour après son baptême par Jean le Baptiste. Jésus a vu Nathanaël venir à lui. Christ a dit: «Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a pas de ruse», contrairement aux Hittites qui ont approché Josué frauduleusement. Christ savait qui était Nathanaël comme il s'approchait de lui, et d’où il venait. Ceci est indiqué par le fait que le Messie a vu Nathanaël assis sous le figuier (Jean 1:48). Il portait les fruits de l'esprit. (Se reporter à l’étude La Malédiction du Figuier (No. 90)). Nathanaël approcha le Messie sans tromperie, son intention était de chercher la vérité en toute honnêteté. Cela devrait être notre intention aussi. On ne trompe pas Dieu.

 

La ville de Galilée est employée et désignée de telle manière qu’elle peut se rapporter à nous, en tant qu’individus et un corps de l’église. Galilée peut venir à signifier plus que juste un endroit en Israël. Superposée, elle peut nous décrire comme des individus et une église. On peut interpréter la Galilée pour signifier que :

 

Christ est venu comme une lumière brillante, à la Galilée des Gentils, ceux qui vivaient jadis dans l'obscurité (Ésaïe 9:1). Christ est venu guérir toute maladie et toute infirmité parmi nous (Matthieu 4:23). Nous avons accueilli Christ dans nos cœurs (Jean 4:45) et il nous utilise pour atteindre les autres (Jean 4:3,4). Nous avons reçu l'esprit d'enseigner à toutes les nations (Actes 2:7). Ceux qui nous entendent sauront que nous sommes à Lui, en Christ, car nous parlons un dialecte particulier (Mat. 26:73 ; Mc. 14:70), qui se distingue des autres. Ce monde nous reconnaît indéniablement car nous gardons les commandements et le témoignage de Jésus-Christ (Mat. 26:69). Christ est vu en nous, après sa résurrection (Mat. 26:32) Maintenant que Christ vit en nous, nous, l'Église, le suivons et le servons, afin que nous puissions venir avec lui à la Jérusalem spirituelle (Marc 15:41), la mère de nous tous (Gal. 4:26).

 

Ces concepts sont reflétés dans les disciples de Christ. Tous les disciples du Messie étaient Galiléens, sauf un - Judas Iscariote (Matt. 4:18 ; Jean. 1:43-44 ; Actes 1:11 ; 2:7). Reportez-vous à Youngblood, R. F. (1995). Nelson’s new illustrated Bible dictionary. Éd. Rév.  de : Nelson’s illustrated Bible dictionary ; Comprend un index. Nashville : T. Nelson.

 

et la mère de Jésus était là

 

Marie (qui n'est pas traduit correctement, est en fait Mariam) est vraisemblablement liée par lignée à la noce. Par conséquent, aucune invitation n’était nécessaire. Son rôle principal aurait été d'aider à l'organisation du mariage, effectuant des tâches et des devoirs pour la noce. Elle aurait également enseigné aux serviteurs quoi faire. 

 

L'évangile de Jean ne se réfère jamais à la mère de Jésus comme Marie. C’est afin d'établir une distinction, comme nous le verrons plus tard. Comme nous le savons, une femme représente une église ou une nation (Apoc. 12:4-6). Dans ce récit, nous pouvons interpréter la mère de Jésus pour représenter la nation physique de l'ancien Israël et le sacerdoce lévitique par la semence d'Abraham.

 

Le fait qu’elle soit mentionnée comme déjà là, illustre le point qu'elle dépeint le sacerdoce lévitique qui participait à l'Alliance de Dieu. Nous devons également tenir compte du fait que la mère de Christ était en partie lévite. Fournir une assistance peut symboliser, dans ce cas-ci, le système sacrificiel dans lequel le sacerdoce a pris part au cours du premier élément de l'alliance.

 

Verset 2 : et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples.

 

Pour faire partie du festin de noce, il faut être invité. C'est Dieu qui fait le choix. Christ ne donne pas l'invitation pour ainsi dire. Dieu choisit les personnes, et les donne à Christ (Jean 6:39).

 

Christ est venu pour symboliser l'époux de l'Église (Matt. 9:15 ; Marc 2:20). Ses cinq disciples qui sont venus avec lui peuvent représenter les cinq églises dans l'Apocalypse, qui constituent la mariée qui a réussi à entrer dans le royaume (avec des individus seulement qui y réussissent provenant des églises de Laodicée et de Sardes). Dans cet aspect, examinez l’étude David et Goliath (No. 126).

 

Lorsque nous considérons ceci comme une alliance en cours, nous voyons que l'invitation de Christ revêt un double objectif. Son invitation a été envoyée des milliers d'années d'avance par le biais d’Abraham (Genèse 12:3, 22:18). Regardez aussi l’étude L'Alliance de Dieu (No. 152).

 

Genèse 26:4 Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel ; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées ; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, 5 parce qu’Abraham a obéi à ma voix, et qu’il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois.

 

Accepter l'invitation exige quelque chose de notre part. Abraham prit son invitation à entrer dans une alliance avec Dieu en adhérant à l'ensemble des commandements, des statuts et des lois de Dieu. Il considérait les lois de Dieu comme un trésor à désirer. Nous devons également faire de même, si nous voulons accepter l'invitation. Nous devons continuer à obéir à la Parole de Dieu et à ses commandements, si nous voulons conserver son Esprit Saint, et entrer dans le festin de noces. La parabole des cinq vierges sages et des cinq vierges folles montre que celles qui avaient encore de l’huile dans leurs lampes allumées, ont pu entrer dans le festin de noces. Extérieurement, elles se ressemblaient toutes. Mais ce sont celles qui chérissaient la parole de Dieu et qui avaient l'Esprit Saint, qui ont pu entrer quand l'époux est revenu.

 

Proverbes 21:20 [Il y a] de précieux trésors et de l’huile dans la demeure du sage ; Mais l’homme insensé les engloutit. 

 

Toutes les personnes, de toutes les nations ont été assurées du salut par Christ.

 

Galates 3:8 Aussi l’Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi !

 

Dieu le Père nous a choisis avant la fondation du monde et nous a placés dans le corps de Christ.

 

Éphésiens 1:4 En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,

 

Il convient de noter que, après le baptême, il est dit au chrétien converti d’être saint et irrépréhensible devant lui. Dieu est saint (Lévitique 19:2). Sa loi émane de sa nature même, comme nous le voyons ; Sa loi est sainte (Rom. 7:12). Ses lois émanent de l’amour, car Dieu est amour (1Jean 4:16). Ainsi, nous devons arriver à la même conclusion qu’Abraham, et Salomon, dans cette affaire, qui est de craindre Dieu et de garder ses commandements (Ecclés. 12:13).

 

On nous a donné une grande invitation (Ésaïe 55:1-13) sans frais (Apoc. 22:17) pour devenir fils de Dieu (voir l’étude L'Esprit d’Adoption (No. 34)). Philippe, par exemple a reçu une invitation de suivre Christ (Jean 1:43). C’est une invitation à prendre la croix (Marc 10:21). C'est un appel à devenir un sacrifice vivant (Rom. 12:1). Beaucoup ont décliné l'offre (Luc 14:15-24). Mais ce n'est pas trop tard (Joël 2:12-13); car ceux qui acceptent l'invitation seront bénis (Mat. 25:34).

 

Verset 3: Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont plus de vin. (LSG)

 

Ceci montre que tous les sacrifices d'animaux effectués par le sacerdoce prendraient fin et visaient vers Christ. On peut supposer que le vin qui a manqué au cours de la cérémonie de mariage illustrait le processus de rachat, qui était demandé par des sacrifices d'animaux utilisés par le sacerdoce lévitique. Le cours du mariage met en parallèle le cours de la rédemption de l'humanité. Le système sacrificiel devait prendre fin pour que le nouveau système puisse prendre sa place. Le sang des taureaux et des veaux a été accompli en Christ, qui a été désigné pour mourir une fois pour toutes (Hébreux 7:27, 9:24-28, 10:10, 12, 14 ; 1Pierre 3:18). Dieu a ouvert la voie du salut par Christ. C'est pourquoi la mère de Jésus va à lui. Nous devons envisager l'idée que Mariam symbolisait la nation sous le sacerdoce physique. La façon dont Mariam indique sa préoccupation pour le vin, attire l'attention sur le fait que le sacerdoce savait que le sacrifice de sang était nécessaire.

 

N'oublions pas, les invités buvaient du vin. Le mot yayin (SHD 3196) vient d'une racine inutilisée yayan fermenter ou entrer en effervescence. C’est donc du vin en tant que vin fermenté et, par conséquent, peut aussi signifier l'ivresse. Il y en a certains qui prétendent que le vin ne doit pas être consommé, et que la référence au vin dans la Bible fait référence à du jus de raisin non fermenté. Cette opinion est erronée dans sa compréhension de l'Écriture. (Se référer à l’étude Le Vin dans la Bible (No. 188)).

 

Dans les Écritures, le vin est généralement associé à la joie et à la bonne nouvelle. Lorsque Mariam a dit : Ils n'ont plus de vin, elle peut également faire allusion au fait qu'ils n'étaient plus en mesure de connaître la joie du don de l'Esprit Saint (1Thes. 1:6). Même les disciples de Christ eurent du mal à comprendre ce que le Messie a essayé de leur enseigner. Ils n'ont vraiment commencé à comprendre la parole de Dieu que lorsque l’Esprit Saint a été répandu sur eux à la Pentecôte.

 

Mariam avait foi en son fils. Il y aurait un certain nombre de gens qui auraient douté que Christ ait été conçu par l'Esprit Saint. Elle a peut-être voulu être défendue devant toutes les personnes présentes. Les pharisiens, dans un exemple postérieur, lorsque défendant leur propre justice, ont déclaré à Jésus avec suffisance : Nous ne sommes pas nés de la fornication, (Jean 8:41), impliquant que Christ l’a été. Mariam peut avoir pensé que c'était une occasion de dissiper les rumeurs qui ont pu circuler.

 

Verset 4: Jésus lui répondit : Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n'est pas encore venue.

 

Christ dirige sa réponse à sa mère. Christ utilise le mot femme pour faire allusion à l'Israël physique au sens figuré et s’adresser au sacerdoce physique.

 

Galates 4:4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi,

 

On pourrait en déduire que Christ dit au sacerdoce qu'ils ne reconnaissent pas ce qu'il est sur le point de présenter à l'alliance existante, et que le système sacrificiel qu'ils effectuent serait accompli en lui. Christ met en évidence la distinction entre la structure physique religieuse de l'époque, et ce qu'il accomplissait, une renaissance d'un corps spirituel (Jean 3:5).

 

Oui, la période du sacrifice de Christ était toute proche. Mais l'ensemble du processus qui prend place doit être conforme à la volonté de Dieu. Nous ne pouvons pas changer qui, quand, ni comment nous devons adorer le Seul Vrai Dieu.

 

Le Christianisme moderne a mal compris ce que la deuxième partie de la même alliance exige, et pour cette raison, ils trébuchent (Héb.10 :1-31). (Se référer à l’étude L'Arche de l'Alliance (No. 196)). Le but de Christ a été mal compris par de nombreuses organisations religieuses. Pour une meilleure compréhension de cet aspect se référer aux études : Le But de la Création et du Sacrifice du Christ (No. 160) et Le Rôle du Messie (No. 226).

 

Verset 5: Sa mère dit aux serviteurs : Faites ce qu’il vous dira.

 

Ces paroles de la mère de Jésus se rapportent aux paroles prononcées par Moïse à l’Israël physique concernant le Messie.

 

Deutéronome 18:15 L’Eternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète comme moi : vous l’écouterez ! (LSG)

 

Sa mère, qui représentait l'ancien Israël, comprit que les commandements devaient être observés (Deut. 26:17-19). La loi sacrificielle était intégrale à la loi entière (Exode 20 à 34). La loi sacrificielle visait vers le Messie et a été accomplie en lui. La loi n'a pas été supprimée par cet acte. La séquence du système d’adoration n'a pas été altérée. Le symbolisme a simplement pris un autre sens (voir l’étude L'Alliance de Dieu (No. 152)). Christ dit :

 

Matthieu 5:17-19 17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. 19 Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui–là sera appelé grand dans le royaume des cieux. (LSG)

 

On nous commande de persévérer dans les lois parfaites de la liberté (Jacques 1:25).

 

Ce sont les dernières paroles de la mère de Jésus-Christ. On voit que c'est seulement les serviteurs qui reçoivent l’instruction d'obéir à Christ. Elle n'a pas dirigé les serviteurs vers n’importe qui d’autre. Car c'est par Christ, que nous devons être sauvés (Actes 15:11). Nous voyons que Christ prend le relais de sa mère, à partir de ce point. Ceci fait aussi allusion au fait que les responsabilités et les oracles ont été pris du sacerdoce physique de l'ancien Israël et sont donnés à l'Église, les serviteurs de Dieu. Ils sont maintenant sous la garde de l'Église (voir l’étude Les Oracles de Dieu (No.184)).

 

On peut supposer que ce thème peut être vu comme étant transféré lorsque Christ place sa mère, en charge du disciple qu'il aimait.

 

Nous devons être conscients que le terme le disciple qu'il aimait prend une plus grande signification. Il aimait ceux qui lui avaient été donnés par son Dieu. Il a donné sa vie pour ses amis (Jean 15:13). Le disciple qu'il aimait peut être utilisé au sens figuré pour décrire l'Église.

 

Jean 19:26 26 Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. 27 Puis il dit au disciple : Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.

 

Lorsque nous considérons ce texte à la lumière de qui ces deux personnes peuvent représenter, nous voyons que Christ indiquait au sacerdoce lévitique que l'Église qu'il avait établie était son fils. C'est avec ce fils que l'héritage repose. Christ dit aussi à l'Église qu'elle doit reconnaître et honorer l’alliance que l’ancien Israël observait. Nous verrons que ceci a des connotations au cinquième commandement, Honore ta mère et ton Père, (Exode 20:12). À partir de la mort de Christ, l'Église était responsable pour les ordonnances de l’alliance, les commandements et les lois de Dieu.

 

En une journée, comme les Écritures l’ont prédit, un sacrifice enlèverait le système lévitique sacrificiel (Malachie 2:3), afin qu’un nouvel ordre de prêtres [ou sacrificateurs], selon l'ordre de Melchisédek soit créé. C'est pour cette raison, que lorsqu’on lui dit que sa mère et ses frères étaient à l'extérieur souhaitant lui parler à l'occasion où il eut affaire avec les pharisiens, il désigna ses disciples et dit : Voici ma mère et mes frères. Il dit que sa mère et ses frères et sœurs étaient ceux qui faisaient la volonté de son Père dans le ciel (Mat. 12:46-50).

 

Ceux qui prétendent être les disciples de Christ aujourd'hui et méprisent les commandements et les lois de Dieu sont en violation avec le cinquième commandement, honore ta mère et ton père. En n'acceptant pas les commandements et les lois de Dieu dans leurs cœurs, ils disent littéralement qu'ils ne prendraient pas la mère de Christ dans leur maison. Ils auraient refusé d'honorer le commandement de Christ de prendre soin d'elle, parce qu'ils estiment que les lois de l'Ancien Testament ne sont pas nécessaires et ne doivent pas être observées. Par conséquent, ils transgressent la loi, en n’aimant pas et en n’honorant pas la mère de Christ comme la leur.

 

Rappelez-vous, Mariam avait d'autres fils à elle chez qui elle aurait pu aller vivre. Mais lorsque nous nous référons à chaque personne symbolisant les deux parties de l'alliance de Dieu, nous voyons qu'elles devaient être réunies et vivre ensemble. La première alliance n'a pas été abolie. Elle devait être assortie à la deuxième alliance.

 

La mère de Christ n'a pas demandé l'aide de tous à la noce. Elle ne demande pas à tous de collaborer et de donner un coup de main. Seuls ceux qui étaient là pour servir ont été choisis pour cette tâche. Ceux qui obéissent à Dieu et à Son Fils Jésus-Christ sont représentés dans l'Écriture en tant que serviteurs. (2Chron. 24:9 ; Tite 1:1 ; Jude 1:1 ; Jacques 1:1; 2Pierre. 1:1). Car ceci est notre but, servir, ne pas être servis.

 

1Corinthiens 4:1 1 Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu. (LSG)

 

Il utilise la faiblesse et la base de ce monde, pour confondre les puissants (1Corinthiens 1:27).

 

Nous, l'Église, continuons à adorer et à obéir au Seul Vrai Dieu, Éloah, observant Ses Sabbats, Nouvelles Lunes et jours saints (voir l'étude Les Jours Saints de Dieu (No. 97)). Nous n'avons pas reçu le pouvoir de révoquer les lois de Dieu et de remplacer Éloah, le Dieu Tout-Puissant, avec une divinité triune (voir l'étude Le Dieu que Nous Adorons (No. 2) et Le Premier Grand Commandement (No. 252)).

 

Verset 6: Or, il y avait là six vases de pierre, destinés aux purifications des Juifs, et contenant chacun deux ou trois mesures.

 

La tradition juive exigeait plusieurs types d'ablutions rituelles. Les Juifs stricts se lavaient les mains avant un repas, entre les cours, et après le repas. Cette  purification s'étendait non seulement à se laver les mains, mais aussi à laver les tasses et les récipients (Marc 7:3, 4).

 

Les vases d’eau sont des instruments pour le stockage de l'eau. Les gens sont dépeints comme des récipients dans la Bible (Ésaïe 66:20). Ces six vases de pierre pourraient représenter l'homme, puisque six désigne le nombre de l'homme. Être en pierre pourrait faire allusion au fait que, en adhérant aux traditions artificielles, nos cœurs se sont endurcis, pareillement à la pierre.

 

Christ développe ce concept quand il réfute les pharisiens. Christ a enseigné que nous devons nettoyer d'abord ce qui est dans la coupe afin que l'extérieur soit net aussi (Mat. 23:26). La coupe est utilisée car c’est un instrument qui peut contenir de l'eau, et est donc symbolique d'un récipient.

 

Le prophète Ézéchiel a parlé de la transformation de ces récipients avec un cœur de pierre, en des récipients remplis de l'Esprit de Dieu, avec un désir sincère de se conformer à la parole de Dieu.

 

Ézéchiel 36:25-27 25 Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. 26 Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. 27 Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. (LSG)

 

Ézéchiel parle de l'aspersion pure par l'Esprit Saint. On nous donnera un nouveau cœur, ainsi on obéira aux lois de Dieu. Les lois de Dieu, qui ont été écrites sur des tables de pierre, seront écrites dans les tables de chair, sur les cœurs (2 Cor 3:3).

 

Nous devons nettoyer nos mains de la méchanceté, et purifier nos cœurs.

 

Jacques 4:8 Approchez-vous de Dieu, et il s'approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs ; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus. (LSG)

 

Ces récipients pour la purification sont encore en usage aujourd'hui. Nous devons être capables de voir que nous sommes les récipients du Dieu Très-Haut. Si nous adhérons aux fêtes religieuses païennes, instituées par l'homme, telles que Noël et les Pâques/Easter, nous devenons alors comme les Pharisiens. Notre seule préoccupation est de se laver extérieurement, en apparence seulement, vus par tous comme adhérant à ces rituels, abandonnant le commandement de Dieu, et retenant les traditions des hommes (Marc 7:8).

 

Nous devrions être plus préoccupés par la purification de notre cœur en obéissant à la loi de Dieu en toute vérité.

 

1Pierre 1:22 22 Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre cœur, (LSG)

 

Nous devrions nous demander, Lavons-nous encore l'extérieur, et ne respectant pas les commandements de Dieu ? Observons-nous encore les fêtes et les jours de culte en raison des traditions qui ont été instituées par l'homme, supposément sous la bannière de Dieu ou la religion ? Obéissons-nous à Dieu en vérité ? Avons-nous un amour sincère des frères ? Notre cœur est-il pur ?

 

Ce monde est mis en place pour nous éloigner de Dieu. Nous devrions réfléchir à notre repentir des fêtes païennes et envisager d’être baptisés, pour le lavement de nos péchés (Actes 22:16). Ceux qui sont baptisés devraient continuer à purifier leur cœur dans l'obéissance aux lois de Dieu. En s'approchant de Dieu, Il s’approchera de nous (Jacques 4:8).

 

Verset 7: Jésus leur dit : Remplissez d’eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu’au bord.

 

Or, Christ ne s’adressait qu’aux serviteurs, car ils représentent l'Église. Il nous ordonne de remplir les vases d’eau. On peut présumer que Christ nous demande de remplir le peuple des nations avec l'eau, que nous pouvons prendre pour signifier la parole de Dieu. Ainsi, les vases d’eau, qui étaient remplis pour le lavage des mains et des coupes, sont remplis d'eau pour symboliser l’ablution des nations par la parole (Éph. 5:26).

 

Hébreux 10:22 approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure.

 

Il est de notre devoir de prêcher l'Évangile à toutes les nations, ce qui est représenté par le remplissage des récipients jusqu’au bord. Aucune nation ou peuple ne devait être laissé de côté qui ne bénéficierait pas du sacrifice de Christ, à l'exception des Nephilim (voir l’étude Les Nephilim (No. 154)).

 

Nous avons tous un travail à faire, et nous devons l'exécuter fidèlement. Nous avons un Dieu fidèle, qui est toujours là. Nous sommes guidés pas à pas. Le miracle ne serait pas arrivé si les serviteurs n'avaient pas obéi, ou fait ce qu'ils étaient demandés de faire. Ils peuvent ne pas avoir cru aux résultats, ou laisser glisser le doute dans leurs cœurs. Nous sommes un miracle en cours, pour ainsi dire. Nous sommes remplis de l'Esprit de Dieu. Le moment où nous cessons d’adorer le Seul Vrai Dieu, n’ayant pas la foi en son fils, est le point où notre miracle cesse d’arriver.

 

Verset 8: Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l'ordonnateur du repas. Et ils en portèrent.

 

Christ avait changé l'eau en vin. Nous savons que Christ est la vigne et nous, qui sommes les siens, nous sommes les sarments (Jean 15:1-11). Il y a certains concepts dans ces versets qui se rapportent au festin de noce. Christ transforme l'eau dans les vases en vin. Nous voyons dans les versets ci-dessus que Christ est la vraie vigne. Tout sarment qui est en lui porte des fruits. Dans Jean 15:3, nous lisons que nous sommes purifiés par la parole. On nous dit de demeurer en Christ. Nous qui sommes les sarments ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi (verset 4). De la même manière, les serviteurs n’étaient pas en mesure de produire du vin sans demeurer en Christ.

 

Comme la noce tirait à sa fin, représentant la fin de cet âge, seule une petite partie a été attirée vers le maître des cérémonies. Le Seigneur Dieu est notre maître (Jérémie 3:14). Les serviteurs représentent ceux qui gardent le témoignage et la foi de Jésus-Christ. Les serviteurs ont dit qu'ils ne pouvaient puiser maintenant à partir des vases d’eau. Ceci désignait la vie de Christ qui a été donnée, et son sang versé, pour l'enlèvement du péché.

 

Romains 6:22 Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle.

 

Nous avons la possibilité de tirer du vin. Nous, en tant que serviteurs, avons la possibilité d'entrer en relation avec Dieu et son Fils. Nous ne devons pas rejeter cette chance, mais en prendre et aller devant Dieu comme des serviteurs de Christ (Gal. 1:10 ; Col 4:12 ; Rom.1: 1) qui lui-même sert Dieu (Phil. 2:5-8 ).

 

Verset 9: Quand l'ordonnateur du repas eut goûté l'eau changée en vin, – ne sachant d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l'eau, le savaient bien, – il appela l'époux,

 

Dieu a planifié le mariage et alloué la mariée. Il utilise cette symbolique pour transmettre le salut de l'humanité. La coupe étant tirée des vases d'eau, symbolisant l’humanité, semble représenter Christ comme le premier des premiers fruits et peut aussi intégrer ceux qui composent le corps, les élus. Ceux-ci sont retirés de ce monde, suite au sacrifice de Christ, et se répandent comme une libation au Dieu Très-Haut.

 

Nous pouvons tirer une leçon de cela. L'esprit de Dieu ne doit pas être laissé dans le récipient. Il devait être porté devant Dieu, pour être goûté comme c’était. Nous devons nous offrir à Dieu, comme un sacrifice vivant. Des talents nous sont donnés par l'Esprit, lesquels ne doivent pas être gaspillés (Mat. 25:14-30).

 

Dieu connaît la fin dès le début (Ésaïe 46:10 ; Apocalypse 1:8). Nous pouvons tirer de ceci que le Père ne fait pas acception de personnes. Tout ceux qui Le craignent et qui vivent de Sa Parole sont acceptables à Ses yeux.

 

Les serviteurs savaient d’où le vin provenait. Si nous sommes ces serviteurs qui savons, nous devons tous venir à comprendre que nous faisons partie du corps de Jésus-Christ, et que nous sommes sauvés par l'intervention de Jésus-Christ et le don de l'Esprit Saint. On nous donne à comprendre qu'il y a des miracles en cause, et que l'Esprit du Seigneur est ce corps. Autrement dit, l'Esprit du Seigneur, l'Esprit de vérité, scelle Christ et nous scelle tous, et fait de nous une partie de ce corps. Nous devenons une partie de Dieu, comme Christ fait partie de Dieu. Nous vivons en Christ, et Christ et Dieu le Père vivent l’un dans l'autre. Nous sommes tous interdépendants. (Se référer à l’étude La Signification du Pain et du Vin (No. 100)).

 

Verset 10 : et lui dit : Tout homme sert d’abord le bon vin, puis le moins bon après qu’on s’est enivré ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à présent.

 

Dieu le Père fait la distinction entre Lui-même et la façon dont les humains pensent et opèrent. Notre Père céleste pense, opère et réfléchit sur une échelle beaucoup plus grande que la plupart d'entre nous ne pourra jamais imaginer. La compréhension de Dieu est infinie (Ps. 147:5). Notre Père céleste est parfait dans la connaissance (Job 37:16).

 

Offrir le meilleur vin plus tard dans le festin de noces est reflété dans l'Écriture. Dieu a prédit la gloire du temple dans les derniers jours.

 

Aggée 2:9 9 La gloire de cette dernière maison sera plus grande que celle de la première, Dit l’Eternel des armées ; Et c’est dans ce lieu que je donnerai la paix, Dit l’Eternel des armées. 

 

 La noce dans l'évangile de Jean met en parallèle l'alliance que Dieu a établie avec Abraham et la façon dont elle se poursuit avec l'Église de Dieu. Nous devons maintenant purifier nos cœurs dans l'obéissance à Dieu. Dieu a transformé nos cœurs de pierre, en des cœurs dans lesquels il a écrit Ses lois.

 

Nous sommes désormais des membres du corps de Christ. Si nous lisons ce que dit Christ dans Jean 15:1-11, nous voyons que ces versets sont liés au compte rendu de la noce en Galilée et à l'Église qui participe dans l'alliance de Dieu.

 

Jean 15:1-11 1 Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. 2 Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. 3  Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. 4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui–même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. 5 Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. 6 Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. 7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. 8 Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples. 9 Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour. 10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. 11 Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.

 

Les activités de Jésus-Christ dans l'incarnation ne suppriment pas l'alliance que Dieu a faite avec Israël. Christ a renouvelé cette alliance et a fait un nouveau système plus élevé d'interaction à la disposition de l'homme à travers les activités du Saint-Esprit. Nous, en adhérant à l'alliance de Dieu, nous nous préparons, en tant qu'épouses, pour les noces de l'Agneau (Apocalypse 19:7).

 

   

  

q